Mot du Père curé – Novembre 2022

Le 1er novembre nous faisons mémoire de tous ceux qui, après leur pèlerinage terrestre, jouissent éternellement de la suprême récompense : voir Dieu face à face. N’y a-t-il pas en effet de plus grand bonheur que d’être admis en présence de l’Agneau Immolé debout au milieu du Trône, de contempler Dieu tel qu’Il est, entouré de milliers d’anges en fête ? Cette destinée de gloire est offerte à tous. Les saints sont des hommes et des femmes comme nous, « qui ont lavé leurs robes dans le sang de l’Agneau » (Ap 7,14). Autrement dit, ce sont des pécheurs qui se sont livrés à la miséricorde divine. Le péché n’a pas été pour eux un obstacle, mais au contraire le lieu où Dieu, qu’ils contemplent désormais face à face, s’est donné à connaître. En plongeant dans le regard de Jésus, saint Pierre découvre qu’il a du prix aux yeux de Celui qu’il vient de trahir, que son péché est pardonné, qu’Il l’en a libéré, et qu’il est digne d’être aimé à ce point. Dom André Louf écrivait : « A l’instant même où le pécheur est pardonné, saisi par Dieu et restauré en grâce, le péché – ô merveille des merveilles ! – devient le lieu où Dieu entre en contact avec l’homme. On doit même aller plus loin et dire qu’il n’existe pas d’autre lieu où rencontrer Dieu véritablement et où le connaître, sinon dans la conversion. » [1]
Puisque les saints sont avant tout autre chose des pécheurs à qui le Dieu d’amour s’est donné à connaître dans son pardon, nous sommes invités – si nous désirons avancer sur le chemin de la sainteté – à nous livrer sans réserve à Celui qui fait miséricorde. Dans le sacrement de la réconciliation, nous avons l’occasion de rencontrer le Dieu véritable, de connaître Celui dont les élus ne cessent de chanter les louanges, et d’expérimenter sa miséricorde. Alors pourquoi ne pas en profiter plus régulièrement en frappant à la porte du confessionnal ?
Durant ce mois de novembre, n’oublions pas aussi d’intercéder auprès de Dieu pour les défunts qui ont encore besoin de purification pour prendre leur place autour du Trône de l’Agneau.

Louf, Au gré de sa grâce, éd. Desclée de Brouwer, Paris 1989, p.90.

Frère Jérémie

Samedi 26 novembre : veillée pour la Vie

A l’église de Caussiniojouls

  • De 20h à 21h30 : Veillée avec adoration du Saint Sacrement, louanges et meditations.
  • De 21h30 à 6h30 : adoration du Saint Sacrement
  • 6h30 Laudes

 » Il est urgent de se livrer à une mobilisation générale des consciences et à un effort commun d’ordre éthique pour mettre en oeuvre une grande stratégie pour le service de la vie.

Une grande prière qui parcourt le monde entier est une urgence. » Jean-Paul II Evangelium Vitæ n°95 & 100

Mamans en désert 26 novembre à 9 h 30 min – 15 h 30 min

En silence à l’écoute de Dieu, un temps pour se ressourcer, une journée pour les mamans.

Eucharistie, enseignement, adoration, confession, prière personnelle, repas préparé par les moniales, temps de partage…

Si vous êtes intéressée, merci de vous rendre sur cette page https://fsj.fr/fsj/mamans-desert-2110/ et remplir le formulaire. Nous confirmerons votre inscription par email.

 

Dimanche 20 novembre de 15h à 17h : Fraternité Saint Raphaël

La fraternité Saint-Raphaël rassemble des professionnels de la médecine (médecins, infirmières, thérapeutes, etc.) souhaitant approfondir les questions éthiques et spirituelles liées à leur activité, afin de vivre leur engagement en chrétiens et de prier ensemble pour les malades.

Cette année le frère Dominique-Joseph, fsj, les guide dans la lecture du livre de Job.

15h : enseignement ouvert à tous
15h45 : réunion des membres de la Fraternité

Mercredi 16 novembre de 18 h 15 min à 19 h 15 min- Formation continue

Le Royaume en paraboles : La onzième heure

Lorsqu’il parle de son Père, du Royaume, de l’homme, Jésus aime à parler en paraboles. La force évocatrice de ces histoires simples bouleverse petits et grands. Ces cours récits mettent à l’épreuve toute représentation humaine du monde et de Dieu. Aussi le frère Dominique-Joseph, fsj, invite à prendre le temps de l’écoute pour apprécier chaque niveau de lecture des paraboles. Entendre la poésie du texte, se laisser porter par la logique du récit, être admiratif de la construction des paraboles, étudier leur composition littéraire et, finalement, contempler le portrait de l’homme et le visage du Père esquissé par le Seigneur Jésus au fil des trente et quelques paraboles rassemblées dans les Évangiles.

Dimanche 13 novembre 2022 – Rencontre Bêta de 15h30 à 17h « Dieu qui pardonne peut-il juger ? »

Le Dieu qui pardonne est tellement mis en avant dans la prédication qu’on pourrait penser qu’il a remplacé l’ancien Dieu, le juge des jansénistes et des scrupuleux. L’heure serait à la liberté, à l’amour et à la miséricorde. On finit même par se dire que le jugement ne peut pas faire partie de l’amour, lequel comprend tout, supporte tout, ne voit pas le mal, accueille inconditionnellement.
Or le jugement, le purgatoire et l’enfer font partie de la révélation, Jésus lui-même l’évoque dans sa prédication et l’explique en paraboles. Ainsi, entre jugement et miséricorde, il n’y a pas d’opposition, tout est affaire d’équilibre.

Vous pouvez adresser vos questions au frère Dominique-Joseph en remplissant ce formulaire : https://fsj.fr/fsj/cycle-beta-2211/

Prochaines rencontres : 11 décembre 22 et 22 janvier 23

Plaque nominative du père WRONSKI

Mercredi 2 novembre, avec un temps de prière, Père Philippe a posé et béni la plaque nominative du père WRONSKI.

Une plaque tombale sera ajoutée par la suite dès sa conception.

Merci encore à toutes et à tous pour votre générosité.

Et continuons d’unir nos prières pour abréger la période de purification des âmes de nos proches au purgatoire.